Air Liquide partenaire de la recherche : accroître le champ des possibles

le
  • Science

Étudier les propriétés de la matière, faire léviter des objets ou des fluides, repousser les limites de la résonance magnétique nucléaire, développer des matériaux supraconducteurs : les voies ouvertes par l’aimant hybride en construction au Laboratoire National des Champs Magnétiques Intenses(LNCMI) du CNRS à Grenoble sont ambitieuses. En fournissant la cryogénie nécessaire à l’aimant, Air Liquide contribue à cette aventure exceptionnelle.

Le champ magnétique intense est un outil puissant pour la recherche. Il rend visible l’invisible, décèle les propriétés inconnues de la matière, réalise des images par résonance magnétique avec des résolutions jamais atteintes, saisit les secrets des matériaux supraconducteurs au-delà des températures critiques… Un champ magnétique est qualifié d’intense lorsqu’il dépasse 20 teslas, soit 400 000 fois plus que le champ magnétique terrestre. Ses propriétés servent déjà des projets variés, comme la plateforme d’imagerie médicale NeuroSpin, le réacteur expérimental de fusion nucléaire ITER, ou l’étude approfondie du graphène, matériau du futur très prometteur : fabrication d’écrans plats souples, production de nano-transistors ultra rapides, triplement des capacités de stockage des batteries des véhicules électriques. La construction d’un ascenseur spatial à base de graphène est même évoquée !

Pour exploiter les formidables capacités du champ magnétique intense, encore faut-il pouvoir le générer. Seule une poignée de laboratoires dans le monde disposent des équipements nécessaires. C’est le cas du LNCMI, qui accueille chaque année des chercheurs de tous horizons pour réaliser des expériences sous champ magnétique intense jusqu’à 36 teslas en continu sur son site de Grenoble et 90 teslas en impulsions à Toulouse. Pour aller plus loin , le LNCMI construit à Grenoble un aimant capable de générer un champ de 43 teslas. Seul un aimant hybride, constitué d’un assemblage d’électro-aimants en alliage de cuivre et d’un aimant supraconducteur permet d’atteindre une telle valeur de champ magnétique.

L’ajout d’un aimant supraconducteur sans résistance électrique à basse température, permet de limiter les quantités d’énergie nécessaires à la génération du champ magnétique intense. Le LNCMI a fait appel à Air Liquide, expert en cryogénie. Lire la suite sur Cryoscope N°58

 

Contacts communication