Aller au contenu principal
In search of life on Mars

Sur les traces de
la vie sur Mars

La question de savoir si la planète Mars abrite la vie fascine les humains depuis la nuit des temps. C’est à cette question que les missions Curiosity et ExoMars tentent de répondre. Air Liquide participe à ces deux programmes d’exploration, destinés à détecter des traces de vie.

In search of life on Mars

CURIOSITY ET EXOMARS : LES MISSIONS À REMONTER LA PISTE DU VIVANT

Y a-t-il eu et y a-t-il encore de la vie sur Mars ? Le robot Curiosity lancé par la Nasa s’est posé en août 2012 sur la planète rouge pour le savoir. Un grand pas a déjà été franchi en découvrant des traces d’eau. Mais Curiosity s’est trouvé confronté à l’impossibilité d’effectuer des prélèvements dans ces zones humides, de crainte de détruire toute vie qui pourrait s’y trouver. Il risque de contaminer la surface martienne avec les microbes terrestres qu’il aurait emportés.

La prochaine mission qui partira sur Mars a prévu de stériliser son rover d’exploration, ExoMars 2020. Ce robot, véritable laboratoire sur roues, sera lancé en août 2020 à bord d’une fusée Proton. Il sera doté d’une foreuse qui prélèvera des échantillons en profondeur dans le sol, pour sonder à l'abri des rayons cosmiques et de l'oxydation qui détruisent la matière organique.

Y a-t-il eu et y a-t-il encore de la vie sur Mars ?

CURIOSITY : AU FIRMAMENT DE LA PRÉCISION

Air Liquide a été chargé d’intégrer les capillaires du chromatographe SAM (Sample Analysis at Mars), servant à séparer les molécules martiennes avant analyse par les instruments du rover Curiosity. Le savoir-faire unique en micro-brasure et micro-soudure développé sur notre site de Sassenage (Isère, France) nous a permis de participer au projet Curiosity. En particulier, une technologie de sertissage des capillaires avant brasage a été mise au point, pour répondre aux exigences du spatial. Notre technicien, Dominique Chazot, a effectué les dernières étapes de l’assemblage du chromatographe à la NASA à Washington. Il a réalisé des brasures très fines, d’une précision inégalée.

Des années après s’être posé sur Mars, Curiosity continue de fonctionner. Notre expertise se confirme ainsi quand l’on sait que le chromatographe SAM était prévu pour effectuer des analyses durant 2 ans seulement.  

© NASA/JPL-Caltech/MSSS
Curiosity Mars Rover Looks Back on Murray Buttes (vidéo en anglais)

3

VERSIONS DE SAM ASSEMBLÉS : LE PROTOTYPE, LE MODÈLE DE QUALIFICATION

100

BRASURES PAR MODÈLE EFFECTUÉES

0,25 MM

LE DIAMÈTRE DES TUBES À SOUDER

Testimonial

« En plus de notre expertise de soudure de très haute précision, nous apportons aux chercheurs du CNRS et de la NASA des solutions techniques fiables, issues de notre savoir-faire industriel. »

Dominique Chazot , Technicien développement

EXOMARS : L’EXIGENCE DE L'EXTRÊME PROPRETÉ

Le programme ExoMars sera lancé en 2020 pour chercher d’autres traces de vie sur Mars.

Comme pour Curiosity, Air Liquide est chargé d’assembler les capillaires du chromatographe de l’instrument principal de la mission, développé par le Laboratoire Interuniversitaire des Systèmes Atmosphériques (LISA) : MOMA (Mars Organic Molecule Analyser), qui doit détecter l’activité biologique. Un travail encore plus minutieux, plus exigeant, réalisé en salle blanche ISO5 par notre technicien, car MOMA devra être stérile pour ne pas contaminer la vie sur la planète.

Mais en plus, dans le cadre d’ExoMars, nos équipes ont mobilisé leurs compétences pour d’autres éléments du robot : des vannes bistables On/Off, véritables interrupteurs entre chaque colonne du chromatographe, une sphère de stockage et des micro-vannes de régulation pour gérer l’hélium (le gaz du chromatographe), des tubes chauffés pour maintenir en température les échantillons, des cellules de dérivatisation qui contiennent les produits nécessaires aux analyses… Outre les challenges technologiques, nos équipes ont su adapter les technologies et les process pour répondre aux contraintes de stérilité et de décontamination. Les défis ne manquent pas et chacun d’entre eux nous passionne !

POURQUOI LE MÉTHANE ?

ExoMars recherche des marqueurs biologiques sur Mars. Le méthane en particulier indiquerait une activité bactérienne. Sur Terre, ce gaz est produit et rejeté par les êtres vivants. Il pourrait donc révéler la présence de microbes martiens.

1 ANNÉE MARTIENNE = 687 JOURS TERRESTRES, LE TEMPS DES ANALYSES POUR EXOMARS
Regulation valves
Micro-vannes

10-8 Ncm3/s : une étanchéité record pour des vannes de régulation. Pas question de laisser échapper la moindre molécule ! Pesant à peine quelques grammes, elles constituent un défi en matière de miniaturisation.

storage sphere
sphère de stockage

8 cm : un diamètre suffisant pour que la sphère de stockage contiennent assez d’hélium pour réaliser les analyses durant toute la durée du programme ExoMars. La sphère a été fabriquée en titane, pour être à la fois fiable et légère : une exigence pour le spatial !

Mars Curiosity on Twitter

View feed

Cryoscope #57

PDF - 2.02 Mo